Restez au courant des dernières actualités de l'UCM Namur.
Inscrivez-vous à notre newsletter

Devenir membre

Devenir membre ?M'inscrire

Envie d’informations supplémentaires ?

Retour au site UCM.be

L’UCM Namur dit « non » au projet de centre commercial Thomas & Piron à Jambes !

Catégorie

Communiqués de presse

Publication

25/11/2011

La société Thomas & Piron connue pour ses maisons « clé sur porte » souhaite voir sortir de terre un mega-complexe commercial de 40.000 m² au coin de la N 4 et de l’avenue prince de Liège à Jambes. Le dossier aurait introduit auprès du comité fédéral socio-économique de la distribution, en date du 23 novembre. L’investissement serait de 100 millions €.

L’UCM Namur entend s’opposer à ce projet pour d’évidentes raisons de maintien et de défense du commerce en centre-ville. Des études récentes ont démontré que Namur pouvait encore absorber 20.000 m² de surfaces commerciales. Ce qui correspond à la superficie du projet soutenu par la majorité namuroise de centre commercial de l’actuelle gare des bus, projet qui se veut complémentaire du commerce en centre-ville.

Le projet de centre commercial  Thomas&Piron s’étendrait  au coin de la N4 et de l’avenue prince de Liège (en face du Carrefour) sur 40.000m2 (dont 33.000m2 dédiés à des enseignes sur 2 niveaux). Le parking pourrait accueillir 2.000 voitures.  L’investissement annoncé serait de 100 millions d'euros.

L'UCM Namur entend s’opposer à ce projet pour d’évidentes raisons de maintien et de défense du commerce en centre-ville.

Des études récentes ont démontré que Namur pouvait encore absorber 20.000 m² de surfaces commerciales. Ce qui correspond à la superficie du projet soutenu par la majorité namuroise de centre commercial de l’actuelle gare des bus, projet qui se veut complémentaire du centre-ville.

La Ville de Namur a élaboré, après une procédure de consultation citoyenne à laquelle l’UCM a été associée,  un schéma de structure communal fixant notamment les zones d’implantation de chaque type d’activité. En vertu de ce schéma, les secteurs d’activités que Thomas&Piron souhaite attirer dans ce centre commercial devraient :

  • être localisées en priorité dans un centre urbain ou à tout le moins dans ou à proximité immédiate d’un noyau de vie des quartiers urbains ;
  •  pour autant que qu'une logique de diversification de l’offre commerciale soit respectée;
  • qu'il ne soit pas porté atteinte à l’attractivité et à la viabilité d’activités identiques dans le centre urbain 
  • et que l’implantation ne s’envisage pas sous la forme d’un centre commercial généraliste ou thématique.

Le terrain convoité par Thomas & Piron se trouve en « zone d’habitat », zone pouvant accueillir 3 types d’activités :

  • la résidence ;
  • les activités non résidentielles (notamment l’artisanat, les services, la distribution) ne mettant pas en péril destination résidentielle de la zone et compatible avec le voisinage.

Sur cette base, l’UCM Namur attire également l’attention sur les problèmes de mobilité et donc de compatibilité avec le voisinage résidentiel alentour qu’engendreraient ce projet sur une N4 déjà très fréquentée !

L'UCM Namur ne s’oppose pas pour autant à l’implantation de commerces à cet emplacement. Elle préférerait qu’un projet alternatif y intègre une mixité entre commerces-habitats et/ou bureaux.

L'UCM Namur estime que la construction de ce type de méga-complexe induit une banalisation de l’offre commerciale. Une offre identique se retrouvant dans toutes les communes sans pouvoir de comparaison pour le consommateur et une disparition du commerce de détail indépendant en centre-ville.

Thomas&Piron met en avant la création de près de 600 emplois. Mais, généralement, dans ce type de dossiers, il ne s'agit à terme que de transferts partiels de commerces indépendants existants.

L'UCM Namur craint enfin que Thomas&Piron ne fasse le forcing contre la position de la Ville. Elle en veut pour preuve l’exemple de Fosses-la-Ville où l’Aldi s’est implanté envers et contre tout, en forçant une régularisation ministérielle après que la Ville eut obtenu une annulation des permis délivrés auprès du Conseil d’état.